Digital learning : formez autrement !

| Mis à jour le 20 May 2021 à 17 h 07 min
Digital learning : formez autrement !

Au cœur de la transformation digitale du secteur de la formation professionnelle, le digital learning s’impose dans les formations autant en présentiel qu’en distanciel. Ce terme parfois galvaudé regroupe tout un panel d’outils numériques qui sont mis à la disposition des formateurs pour engager encore plus leurs apprenants dans leur montée en compétences. Hop3team étant résolument pour la digitalisation (à bon escient), on tenait à remettre les pendules à l’heure sur ce mode d’apprentissage.

Digital learning : une modalité de formation qui a le vent en poupe

Entré dans le jargon de la formation professionnelle depuis une bonne décennie, le digital learning (encore un anglicisme !) correspond à une tendance de fond de l’économie : la transformation numérique et l’omniprésence du digital dans les process professionnels. Mais en quoi consiste vraiment cet « apprentissage digital » ?

Digital learning en 2021 : de quoi parle-t-on ?

A ne pas confondre avec le e-learning, qui n’est qu’une façon de former à distance par un outil digital, le digital learning regroupe l’ensemble des outils numériques qui sont mis à disposition des stagiaires de la formation professionnelle. Le digital learning se retrouve donc autant dans des formations en distanciel, que dans les formations présentielles (à la différence de l’e-learning qui est un procédé de formation 100% distanciel).

En traduisant au mot à mot, le digital learning est donc un « apprentissage par le numérique ». Une façon de former qui induit l’omniprésence du numérique dans les contenus des formations professionnelles dispensées en ligne comme en présentiel.

Le digital learning incarne les prémices de la profonde transformation digitale du secteur de la formation professionnelle. L’éclosion de nouvelles technologies dans notre quotidien a nettement boosté son développement. Il permet :

  • l’animation du groupe d’apprenants en présentiel par des biais motivants ;
  • la rencontre de l’humain avec la technologie via des supports variés (outils, formats et canaux divers, approches spécifiques).

Les objectifs du digital learning

Qu’amène le digital learning à la formation professionnelle ?

  • Avant tout, ce mode d’apprentissage multimodal est beaucoup plus ludique et donc performant que les formations classiques
  • Il place par ailleurs l’apprenant comme le formateur au cœur du processus de formation, dans un mode d’interactions.
  • Le digital learning permet également de renforcer l’expérience d’apprentissage en y apportant une dimension plus sociale.

Comment le digital learning atteint-il ces objectifs ? Par la qualité des formations proposées qui prime avant tout, et qui repose sur :

  • des contenus riches et précis ;
  • des évaluations formatives des participants ;
  • des interactions avec ses pairs ;
  • un travail en équipe ;
  • un apprentissage multimodal, flexible, d’où l’on veut, quand on veut ;
  • un enseignement personnalisé.

La bonne collaboration entre chacun, apprenants et formateurs, combinée à une interaction ludique contribuent à une meilleure assimilation des acquis.

Les différentes facettes du Digital learning en 2021

Afin de rendre les parcours de formation plus attrayants par du digital learning, les responsables de formation ont à leur disposition diverses formules. La variété de ces modalités leur permet de bâtir un parcours pédagogique personnalisé pour chaque apprenant ou type d’apprenant.

Le MOOC ou Massive Online Open Course

Le MOOC (merci encore une fois l’anglicisme !) est un ensemble de cours accessibles à tous et gratuits… Le MOOC est donc une formation en ligne gratuite, destinée à un nombre élevé d’élèves, ou d’inscrits.

Ce type de formation digitale permet la diffusion rapide de connaissances pertinentes à un groupe. Il s’agit de cours massifs pouvant aller de quelques milliers à plus de 100 000 participants. Libre à l’apprenant de s’organiser et de visionner les vidéos quand il le souhaite.

Un MOOC se compose de :

  • vidéos explicatives ;
  • QCM ;
  • forum de discussion et d’échanges.

Facile donc de toucher la terre entière avec une seule formation… Pas si simple : le taux d’abandon sur un MOOC est élevé malgré la carotte d’une certification délivrée en fin de session.

Le SPOC ou Small Private Online Course

Le SPOC est une variante du MOOC. Le SPOC, représenté sous forme de cours en ligne également, vise un public beaucoup plus restreint : celui d’une entreprise. Il a pour objectif le développement des compétences des collaborateurs d’une branche spéciale de l’entreprise comme celle des ressources humaines, de la production, etc.

Le SPOC se décline également en COOC (Corporate Online Open Course) ou SOOC (Small Online Open Course). Là, a priori, vous avez la bonne dose d’anglicismes et d’acronymes, non… on a bien cherché pour tous les mettre en une fois ! Mais en partant de la notion de digital learning, on ne s’attendait pas non plus à tomber sur des « cours en lignes pour tous » 😉

Le microlearning

Le microlearning consiste en une forme d’apprentissage en séquences courtes (de 30 secondes à 5 minutes) qui utilise du texte, des vidéos, des visuels. Très pratique pour former à la manipulation d’une nouvelle interface ou à de nouvelles techniques de relation clients par exemple.

Ces cours modulables et brefs sont parfaits pour des formations sur tablettes ou smartphones. C’est pour ça qu’on le nomme aussi “mobile learning”.

Remarquons le côté non intrusif et bien moins chronophage pour le participant (enfin, si tant est qu’il n’en profite pas pour se laisser perturber par d’autres notifications !).

Le social learning

Le social learning ou apprentissage social se distingue par l’utilisation d’outils … sociaux ! tels que le chat, la messagerie instantanée, la visioconférence ou encore le réseau social.

Le social learning favorise l’échange d’informations complémentaires et les partages avec les autres stagiaires et les formateurs. L’apprenant a ainsi accès à des contenus déjà rédigés auparavant dans l’entreprise. Ces contenus, pérennes donc, se doivent d’être de qualité.

Le social learning booste la motivation et le taux d’engagement des participants grâce aux interactions.

Le vidéo learning

Le vidéo learning s’apparente sur certains aspects au MOOC : la formation est dispensée sous forme de vidéos et transmise à un très large public.

Sa différence est qu’il est adapté à une entreprise possédant plusieurs branches sur un large territoire, parfois même international.

Sous la forme de vidéos 360°, de vidéos interactives, le vidéo learning présente dans un support audiovisuel :

  • un glossaire ;
  • un chapitrage ;
  • un accès aux ressources pédagogiques ;
  • des exercices et des jeux.

Le vidéo learning est devenu un média incontournable et efficace dans l’entreprise pour permettre aux apprenants l’intégration de concepts clés.

Le serious game ou “jeu sérieux”

Le serious game intervient dans la simulation d’un environnement sous forme de jeu. Il permet aux participants de réfléchir sur le comportement à adopter dans une situation précise. Des éléments pédagogiques sont intégrés dans un univers ludique (comme un jeu vidéo) transmettant des connaissances. On vous l’avait dit que la formation était un grand terrain de jeu !

La réalité virtuelle ou réalité augmentée (VR et AR)

La réalité virtuelle consiste à plonger l’apprenant dans une situation bien spécifique afin de lui permettre d’acquérir les compétences pratiques, les bons réflexes. Les applications proposées sont spécifiques au demandeur : apprenant ou entreprise. Elles délivrent une formation qu’il est, soit impossible de reproduire dans le réel, soit trop dangereuse.

Dans le domaine de la formation professionnelle, la réalité virtuelle représente une très grande avancée technologique. Elle est déjà très utilisée par l’armée ou encore par des professions exposant au danger telles que sapeurs-pompiers…

Réussir sa transition vers le digital learning : un indispensable

Début 2020, Le premier confinement a imposé aux structures et à leurs salariés de s’organiser dans l’urgence. Grâce au développement des outils collaboratifs, au management à distance, le digital learning et la formation distancielle ont répondu présents pour les besoins des formateurs. En 2021, réussir son passage au digital learning est incontournable pour les structures de formation comme pour les formateurs indépendants. La démarche principale pour mener à bien ce projet est de déterminer quels sont les bons outils à utiliser selon les objectifs de la formation

Bien définir les besoins de la formation

Quelques questions à se poser pour définir les objectifs d’une formation, dans le but de modifier son mode d’apprentissage, de transmission :

  • S’agit-il d’un sujet technique ?
  • D’une nouvelle réglementation ?
  • D’une problématique autour des ressources humaines ?
  • Quelle est la taille de l’effectif visé ?
  • Le profil de la culture d’entreprise ?

Prendre en compte la personnalité des futurs apprenants est également capital.

L’objectif de la formation est-il l’acquisition de connaissances ? De compétences ? De nouveaux comportements ? De ce questionnement justifié découleront le futur format pédagogique ainsi que les outils numériques ou non à utiliser, nécessaires pour une formation performante

Le choix du format pédagogique de la formation

Une formation de courte durée ? des séquences courtes ou longues ? Un sujet global ou un sujet technique et précis ? Autant de questions (encore des questions !) à se poser pour déterminer les formes que pourra prendre la formation.

Et donc s’il est judicieux d’y inclure des outils numériques, notre fameux digital learning, voire de passer en distanciel en e-learning par exemple. Votre coeur balance : allez, on continue sur la lancée anglaise… e-learning + présentiel = blended learning. Un mix !

Une tendance à la généralisation du digital learning en 2021 ?

L’explosion du 100% à distance a fait des émules dans cette période de crise sanitaire où le secteur de la formation a été très fortement impacté. Organismes et centres de formation, comme formateurs indépendants, ont été contraints de distancialiser la quasi-totalité de leurs programmes de formation… et de digitaliser tout ce qui pouvait l’être. À commencer donc par les outils de formation.

Les mentalités opèrent un changement significatif : la transformation digitale. Et l’usage des outils numériques, qui en découle.

Privilégié par une structure sur trois, le blended learning a aujourd’hui le vent en poupe ! Combiner formation en tête-à-tête, en équipes avec des supports numériques performants et ludiques est un atout gagnant pour ceux qui s’y mettent.

Et cela est bien parti pour perdurer. Selon une enquête menée par l’ISTF auprès de 400 acteurs de la formation, 90% d’entre eux envisagent de faire évoluer leur offre de formation vers le e-learning ou le blended learning, même une fois la crise sanitaire passée.

Force est de constater que les confinements successifs ont permis une certaine prise de conscience sur la non-nécessité obligatoire du présentiel et donc sur la performance des classes virtuelles par exemple.

En résumé

Même si la crise sanitaire a contraint les organismes de formation à s’adapter et à se tourner vers le digital learning, la notion de digitalisation des outils de formation n’est pas nouvelle. Mais a bien démontré son extrême efficacité même pour les plus récalcitrants !

La transformation digitale du secteur est enclenchée mais ne s’arrête pas aux outils qui aident à former. Si les outils numériques favorisent l’apprentissage de nouvelles connaissances et compétences, ils peuvent aussi aider à gagner du temps sur des tâches chronophages, à optimiser le quotidien. C’est ce qu’on vous propose avec YPK, notre logiciel de gestion de la formation ! On passe cette fois dans les coulisses puisqu’YPK est un outil numérique administratif.

On vous fait une démo ?